David Nathan Journaliste, rédacteur

10déc/10

Un appartement de luxe à Montréal (Cahier XY de La Presse)

Lire la suite
Tagged as: , , , ,
4août/10

Rencontre avec Stromae, de passage à Montréal

Article publié sur MSN.CA.

Le Bruxellois Paul Van Haver, alias Stromae (Maestro, à l'envers) collectionne les premières places des palmarès européens avec son tube Alors on danse. Nous avons profité de son passage au Québec pour en savoir un peu plus sur ce nouveau phénomène musical.

Lire la suite
Tagged as: , ,
25juil/10

Franck Dubosc séduit Montréal (7 jours.ca)

Article publié sur 7jours.ca. Pour lire l'article complet cliquez ici.

Aucun commentaire
Tagged as: ,
3fév/10

Gad Elmaleh éclatera le Centre Bell… deux fois !

Cliquez ici pour lire l'article: http://7jours.canoe.ca/musique/critiques/2010/02/03/12725211-7j.html

Aucun commentaire
5jan/10

Théâtre: « Le Portier de la gare Windsor » (L’Itinéraire)

Article publié dans l'édition du 1er janvier 2010 du magazine l'Itinéraire.

Aucun commentaire
Tagged as: ,
22nov/09

Rencontre avec le caricaturiste André-Philippe Côté

cote

Le caricaturiste de La Presse et du Soleil André-Philippe Côté est venu présenter au Salon du livre de Montréal la douzième édition de son livre De tous les... Côté 2009. J’en ai profité pour lui tendre le micro, rencontre du neuvième art...

C’est la douzième édition de votre livre, apparemment la crise n’a pas atteint votre inspiration.
Non au contraire, les caricaturistes se nourrissent précisément des événements perturbateurs qui changent l’ordre des choses et je dois dire que cette année a été riche, un peu comme 2001 qui était très perturbée aussi.

En fait si le monde allait bien, vous seriez au chômage.
Oui tout à fait ! On ferait de la peinture artistique ou quelque chose comme ça.

Parmi tous les hommes politiques que vous dessinez, y en a-t-il un qui vous inspire plus que les autres ?
Pas vraiment. Je suis moins intéressé par les hommes politiques que par les citoyens face à la politique et par le fait politique.

C’est quoi le processus avant qu’un dessin se retrouve à la une du journal ?
Généralement le matin je fais sept, huit ou dix esquisses, je les propose au chef éditorial, et ensemble, on évalue laquelle serait la plus pertinente pour le lendemain. Ça repose beaucoup sur une question de timing en fait. 24h trop tard, et une caricature tombe à l’eau.

Lire la suite
7nov/09

Interview avec Éric Lavaine, réalisateur du film Incognito avec Franck Dubosc et Bénabar.

Incognito_affiche

Comédie proposée par le festival Cinemania (www.cinemaniafilmfestival.com), Incognito du réalisateur français Éric Lavaine, est un film mettant en scène Franck Dubosc, sans Stéphane Rousseau mais avec le très populaire chanteur français Bénabar.

Disons-le tout de suite, c’est très bien écrit et dialogué par le réalisateur lui-même, ancien auteur, mais également par Hector Cabello Reyes et Bénabar qui a commencé sa carrière comme scripteur sur une chaîne de télé francaise : Canal+. Les répliques font mouche et la magie opère pendant 90 minutes.

Le pitch ? Lucas (Bénabar) est devenu une superstar en s'étant approprié les chansons d'un ami qu'il croyait disparu. Soudainement, cet ami réapparait. Lucas, pour lui cacher sa fortune et sa célébrité, commet l'erreur de demander à Francis (Franck Dubosc), un comédien raté, de prendre sa place.

Quiproquos, situations improbables mais inventives, on est dans de la comédie pure et Franck Dubosc interprète un rôle qui lui va comme un gant. Il fait du Dubosc, certes, mais il le fait si bien !

À quelques heures de la première projection d’Incognito au public québécois, nous avons rencontré le réalisateur Éric Lavaine dans le hall de son hôtel montréalais.

Tu es arrivé hier, comment tu te sens ? Pas trop en décalage horaire ?
Non pas en décalage car j’ai décidé de rester à l’heure française. Je suis venu avec mon co-auteur, Hector Cabello Reyes, et on travaille comme des malades. Je me suis réveillé ce matin à 3h, j ai donc pu écrire en toute tranquilité. Et je confirme, de 3h a 7h du matin, il ne se passe rien à l’hôtel !

Lire la suite
7nov/09

Pierre Lapointe triomphe au Lion d’or de Montréal, seul au piano.

lapointe0001Un des avantages d’habiter sur l’île de Montréal, est certainement de profiter de l’abondance des nombreux festivals qui s’y tiennent. Je ne sais pas exactement combien il y en a au total, mais certainement assez pour que certains d’entre eux se chevauchent allégrement.

C’est le cas du festival Cinémania et du festival Coup de cœur francophone. Le premier présente des films francophones, le second des groupes…francophones et tous les deux se déroulent du 5 au 15 novembre.

La conséquence est qu’il faut parfois choisir entre un film francophone et un concert francophone. Pierre Lapointe a eu la bonne idée de commencer le premier concert, d’une série de quatre, à minuit. C’est donc après le film « Fais-moi plaisir ! » d’Emmanuel Mouret à Cinémania, que je me rends au Lion d’or, armé de mon appareil photo et de mon petit calepin presque Moleskine.

23h25 : Sur le trottoir, une longue file s’allonge depuis l’entrée du cabaret jusqu’à très loin au bout là-bas. Les fans de Pierre Lapointe sont comme ça, très ponctuels et disciplinés.

23h26 : Usant des privilèges inhérents à mon statut de journaliste, j’oublie de faire la queue et je me dirige vers la table de presse à laquelle je me présente. Enfin, à Stéphane plus exactement. En me tendant mon billet, il me confie que l’on ne peut pas encore entrer dans la salle car elle est en train de se vider de l’autre événement de la soirée, la projection mensuelle de courts-métrage Kino.

Lire la suite
6nov/09

Ouverture du restaurant le Nouba à Montréal.

IMG_9959

Amis gastronomes, amateurs de bonne chère, fieffés cruiseurs à la recherche d'une nouvelle place où emmener vos dates, sachez que le Nouba a ouvert ses portes hier soir, au 5329 de la rue Saint-Laurent à Montréal.

Le Nouba ? Mais encore ? Hurle la foule en délire...Et bien le Nouba, qui signifie "la fête", est un restaurant situé entre les rues Saint-Viateur et Fairmount, autant dire loin du brouhaha clinquant de la faune branchée et tonitruante que l’on trouve au niveau de Prince-Arthur. Ceux qui se sont aventurés dans ce coin-là de l’île un samedi soir comprendront.

Le Nouba est donc un nouveau restaurant à la décoration morderne, mais classieuse. Concrètement ? Il y a des ampoules qui pendent du plafond, mais c'est très joli !

Ce qu’on y mange ? Le Chef, et co-propriétaire du lieu John Zoumis, m’a promis, quelques heures avant la soirée d’ouverture, une cuisine européenne et généreuse. Oui, mais encore ? continue de hurler la foule en délire. «Beaucoup de poissons, de viandes et des tapas, s’enthousiasme John Zoumis. Je veux que les gens qui viennent au Nouba aient le sentiment de venir chez moi avant tout, pas simplement au restaurant. Je veux leur offrir une cuisine conviviale, à la fois moderne et traditionnelle.»

Lire la suite
Tagged as: , ,
5nov/09

Rencontre avec le chef d’orchestre de l’Opéra de Montréal: Alain Trudel.

IMG_0346

Deux jours avant la première représentation publique de La Flûte enchantée, les chanteurs et les musiciens ont fait une répétition générale de ce chef-d’œuvre signé Wolfgang Amadeus Mozart.

À 19h00 je suis assis dans la salle Wilfrid-Pelletier, en compagnie de plusieurs classes d’étudiants du secondaire, des photographes et quelques journalistes répartis sur les premiers rangs. Devant moi Alain Trudel, le chef d’orchestre, regarde ses musiciens. Soudain, il lève le bras, et d’un coup de baguette les instruments prennent vie, comme par magie. L’ouverture, la partie instrumentale qui débute l’opéra, est jouée avec légèreté, alors que derrière moi, les jeunes gens s’amusent à faire un « chuuuuuut » qui n’en finit pas. Dommage d’avoir oublié mon lance-pierre à la maison. Alain Trudel est quant à lui imperturbable et continue de fendre les airs de sa baguette enchantée.

Après l’ouverture, le rideau s’ouvre sur un majestueux décor (prêté par l’Opéra de San Francisco) et le prince Tamino, interprété par John Tessier, fait entendre sa puissante voix alors qu'un serpent géant se précipite sur lui...

Avant de débuter la répétition, Alain Trudel m’a accueilli dans sa loge, aussi décontracté que s’il recevait un ami pour prendre une bière.

Comment vous vous sentez à deux jours de la première représentation ?
Très excité ! Je suis très confiant, on a une superbe production, d’excellents chanteurs, de très bons musiciens. C’est la générale ce soir, mais le plus gros du travail est fait.

Lire la suite