David Nathan Journaliste, rédacteur

10fév/10

Marilou Berry, méchamment romantique

Pour lire l'article: http://7jours.canoe.ca/cinema/entrevues/2010/02/10/12819261-7j.html

Aucun commentaire
9fév/10

Rencontre avec La Grande Sophie…à Montréal.

Pour lire l'article complet cliquez ici.


Aucun commentaire
29jan/10

Rencontre avec la chanteuse Rose, de passage à Montréal

Cliquez ici pour lire l'article: http://patwhite.com/node/9721


Aucun commentaire
Tagged as: , ,
10déc/09

Interview avec le groupe Pawa Up First. De la musique…comme au cinéma !

pawaup

Vous aimez les musiques de films, celles d'Ennio Morricone et de Philip Glass, vous trippez sur le rock experimental, la musique électro ? Alors vous allez aimer la rentrée montréalaise de Pawa Up First, samedi 12 décembre au Cabaret Juste pour rire.

Le groupe de Serge Nakauchi Pelletier, multi-instrumentiste et principal compositeur du groupe, vient de sortir un excellent troisième album, "The Outcome" et pour fêter ça, rien de mieux qu'un petit concert en centre-ville.

Pawa Up First fait de la musique instrumentale donc, construite à la manière d'une trame sonore cinématographique. C'est très riche, inspiré, onirique. À quelques jours du concert, nous nous sommes entretenus avec Serge Nakauchi Pelletier.

Lire la suite
22nov/09

Rencontre avec le caricaturiste André-Philippe Côté

cote

Le caricaturiste de La Presse et du Soleil André-Philippe Côté est venu présenter au Salon du livre de Montréal la douzième édition de son livre De tous les... Côté 2009. J’en ai profité pour lui tendre le micro, rencontre du neuvième art...

C’est la douzième édition de votre livre, apparemment la crise n’a pas atteint votre inspiration.
Non au contraire, les caricaturistes se nourrissent précisément des événements perturbateurs qui changent l’ordre des choses et je dois dire que cette année a été riche, un peu comme 2001 qui était très perturbée aussi.

En fait si le monde allait bien, vous seriez au chômage.
Oui tout à fait ! On ferait de la peinture artistique ou quelque chose comme ça.

Parmi tous les hommes politiques que vous dessinez, y en a-t-il un qui vous inspire plus que les autres ?
Pas vraiment. Je suis moins intéressé par les hommes politiques que par les citoyens face à la politique et par le fait politique.

C’est quoi le processus avant qu’un dessin se retrouve à la une du journal ?
Généralement le matin je fais sept, huit ou dix esquisses, je les propose au chef éditorial, et ensemble, on évalue laquelle serait la plus pertinente pour le lendemain. Ça repose beaucoup sur une question de timing en fait. 24h trop tard, et une caricature tombe à l’eau.

Lire la suite
12nov/09

Rencontre avec le réalisateur Costa-Gavras

eden_a_l_ouest

Voir les films de Costa-Gavras c’est bien, mais le rencontrer et lui poser des questions, c’est pas mal non plus. Direction le centre-ville de Montréal où le réalisateur nous attend dans la suite d’un hôtel chic, une vue majestueuse sur le Mont-Royal en guise de décor…comme aimait à le dire Frank Capra, la vie est belle !

Qu’est ce que ça représente pour vous d’être présent à Cinémania, un festival francophone en Amérique du nord ?
C’est très important pour moi. Ce festival est très particulier, je trouve qu’il a une certaine modernité, la programmation est intéressante et en plus c’est à Montréal ! Qu’un festival fasse la promotion du cinéma francophone avec des sous-titres en Anglais en plus, c’est une très bonne chose !

Est-ce que, à titre de réalisateur, vous avez ressenti une difficulté d’exporter des films en langue française ?
À l’étranger oui, mais pas au Québec. Jusqu’à présent, tous mes films sont venus ici très facilement. Mais c’est vrai qu’il a eu un frein ces derniers temps en ce qui concerne l’exportation.

Comment choisissez-vous le thème de vos films?
C’est comme ça, j’ai des choses, des idées, des envies qui traînent dans la tête et ensuite il faut trouver l’histoire, parce qu’un film, c’est avant tout une histoire. Je cherche dans des livres, et si je ne trouve pas, j’essaye d’écrire un scénario.

Lire la suite
11nov/09

Fredric Gary Comeau sort un excellent quatrième album : «Effeuiller les vertiges»

fredric.preview

Fredric Gary Comeau a profité d’un concert au festival Coup de Cœur francophone (www.coupdecoeur.qc.ca) pour dévoiler son quatrième album solo « Effeuiller les vertiges ».

Véritable plaisir auditif et visuel tant les images utilisées par l’auteur sont fortes et inspirées, ce quatrième opus est un petit bijou à mettre à ses oreilles d’urgence. Pour se rendre compte de la qualité des paroles, je vous invite à faire comme moi, une petite expérience ; après une ou deux écoutes de l’album, lisez les textes à voix haute, comme si vous déclamiez un poème. Vous devriez faire le constat suivant : les paroles des chansons de Fredric Gary Comeau se suffiraient presque à elles-mêmes. Une poésie musicale donc, qui invite au voyage, un voyage vers l’âme humaine de son auteur.

Quelques heures avant son concert donné dans la salle Fellini de l’eXcentris, Fredric Gary Comeau a répondu à nos questions.

Comment ça va ?
Écoute, ça va très bien.

Pas trop stressé ?
Non vraiment pas. J’ai l’impression que ma blonde est beaucoup plus stressée que moi, c’est comme si elle prenait mon stress. C’est le même phénomène qu’avant certains accouchements, où c’est le papa qui s’évanouit alors que la maman va bien.

Lire la suite
26oct/09

Entrevue exclusive : DJ Champion rêve de la France

DJ ChampionC’est dans le cadre d’une soirée organisée par sa maison d’édition Third Side Music il y a quelques jours, que nous avons croisé DJ Champion, venu offrir un set très privé à une poignée de Happy Few de l’industrie du disque. Visiblement détendu, il a accepté de répondre à nos questions, et de nous confier ses projets avant de se mettre derrière les platines.

Comment ça se passe depuis la sortie de ton dernier album, Résistance ?
Écoute ça va très très bien ! On a eu la chance de jouer à Montréal deux semaines avant le lancement officiel du disque, pour l’inauguration de la Place du Quartier des Spectacles, en septembre. Ça nous a permis d’avoir un tapage publicitaire de rêve.

Comment tu as perçu l’accueil de l’album ?
La critique a été très favorable, je n’ai pas à me plaindre. En fait, au Québec les gens qui n’aiment pas quelque chose se taisent. Personnellement je préfère une mauvaise critique que pas de critique du tout…parlez-en mal ou bien, mais parlez-en ! Finalement, le pire c’est quand les radios ne jouent pas ta toune, ça c’est une vraie mauvaise critique !

J’ai entendu dire que tu as des projets concrets avec la France, c’est vrai ?
Oui, absolument. On est en pleine dans les négociations avec une compagnie de disque française pour obtenir une licence pour « Résistance ». En fait, le deal avait été amorcé lors de la sortie du disque précédent, on s’était rencontré, on avait beaucoup discuté mais l’entente n’avait finalement pas été conclue. Mais…on n’avait pas non plus tiré la plogue ! Donc on a repris les discussions et voilà.

Lire la suite