David Nathan Journaliste, rédacteur

12nov/09

Rencontre avec le réalisateur Costa-Gavras

eden_a_l_ouest

Voir les films de Costa-Gavras c’est bien, mais le rencontrer et lui poser des questions, c’est pas mal non plus. Direction le centre-ville de Montréal où le réalisateur nous attend dans la suite d’un hôtel chic, une vue majestueuse sur le Mont-Royal en guise de décor…comme aimait à le dire Frank Capra, la vie est belle !

Qu’est ce que ça représente pour vous d’être présent à Cinémania, un festival francophone en Amérique du nord ?
C’est très important pour moi. Ce festival est très particulier, je trouve qu’il a une certaine modernité, la programmation est intéressante et en plus c’est à Montréal ! Qu’un festival fasse la promotion du cinéma francophone avec des sous-titres en Anglais en plus, c’est une très bonne chose !

Est-ce que, à titre de réalisateur, vous avez ressenti une difficulté d’exporter des films en langue française ?
À l’étranger oui, mais pas au Québec. Jusqu’à présent, tous mes films sont venus ici très facilement. Mais c’est vrai qu’il a eu un frein ces derniers temps en ce qui concerne l’exportation.

Comment choisissez-vous le thème de vos films?
C’est comme ça, j’ai des choses, des idées, des envies qui traînent dans la tête et ensuite il faut trouver l’histoire, parce qu’un film, c’est avant tout une histoire. Je cherche dans des livres, et si je ne trouve pas, j’essaye d’écrire un scénario.

Lire la suite
7nov/09

Interview avec Éric Lavaine, réalisateur du film Incognito avec Franck Dubosc et Bénabar.

Incognito_affiche

Comédie proposée par le festival Cinemania (www.cinemaniafilmfestival.com), Incognito du réalisateur français Éric Lavaine, est un film mettant en scène Franck Dubosc, sans Stéphane Rousseau mais avec le très populaire chanteur français Bénabar.

Disons-le tout de suite, c’est très bien écrit et dialogué par le réalisateur lui-même, ancien auteur, mais également par Hector Cabello Reyes et Bénabar qui a commencé sa carrière comme scripteur sur une chaîne de télé francaise : Canal+. Les répliques font mouche et la magie opère pendant 90 minutes.

Le pitch ? Lucas (Bénabar) est devenu une superstar en s'étant approprié les chansons d'un ami qu'il croyait disparu. Soudainement, cet ami réapparait. Lucas, pour lui cacher sa fortune et sa célébrité, commet l'erreur de demander à Francis (Franck Dubosc), un comédien raté, de prendre sa place.

Quiproquos, situations improbables mais inventives, on est dans de la comédie pure et Franck Dubosc interprète un rôle qui lui va comme un gant. Il fait du Dubosc, certes, mais il le fait si bien !

À quelques heures de la première projection d’Incognito au public québécois, nous avons rencontré le réalisateur Éric Lavaine dans le hall de son hôtel montréalais.

Tu es arrivé hier, comment tu te sens ? Pas trop en décalage horaire ?
Non pas en décalage car j’ai décidé de rester à l’heure française. Je suis venu avec mon co-auteur, Hector Cabello Reyes, et on travaille comme des malades. Je me suis réveillé ce matin à 3h, j ai donc pu écrire en toute tranquilité. Et je confirme, de 3h a 7h du matin, il ne se passe rien à l’hôtel !

Lire la suite
3nov/09

« Un conte de Noël » ou comment numériser Jim Carrey avant les fêtes.

carol.preview

Préparez vos lunettes 3-D, Robert Zemeckis nous a fait le coup des images qui sortent de l’écran. Après « Le Pôle Express » en 2004 et « La légende de Beowulf » il y a deux ans, le réalisateur de « Retour vers le futur » s’attaque cette fois au classique de Charles Dickens, « Un Conte de Noël ».

24h avant la première mondiale qui aura lieu à Londres, me voici assis confortablement dans un siège de l’immense salle IMax du Cinéma Scotia de la rue Sainte-Catherine, à Montréal. Pour nous mettre dans l’ambiance 3-D, on nous sert en apéritif la bande-annonce du prochain film de Tim Burton : « Alice au pays des Merveilles ». En quelques secondes, ça donne envie de se projeter en mars 2010 et de voir ce film qui à l’air on ne peut plus burtonnien. Question du jour: qui sera présent au générique ? Attention, c’est difficile…c’est un acteur très laid selon la catégorie des garçons jaloux à laquelle je souscris volontiers…il n’a joué que 8 453 fois dans les films de Tim Burton…c’est…c’est…Johnny Depp. Mais je m'égare.

Lire la suite