David Nathan Journaliste, rédacteur

5nov/09

Rencontre avec le chef d’orchestre de l’Opéra de Montréal: Alain Trudel.

IMG_0346

Deux jours avant la première représentation publique de La Flûte enchantée, les chanteurs et les musiciens ont fait une répétition générale de ce chef-d’œuvre signé Wolfgang Amadeus Mozart.

À 19h00 je suis assis dans la salle Wilfrid-Pelletier, en compagnie de plusieurs classes d’étudiants du secondaire, des photographes et quelques journalistes répartis sur les premiers rangs. Devant moi Alain Trudel, le chef d’orchestre, regarde ses musiciens. Soudain, il lève le bras, et d’un coup de baguette les instruments prennent vie, comme par magie. L’ouverture, la partie instrumentale qui débute l’opéra, est jouée avec légèreté, alors que derrière moi, les jeunes gens s’amusent à faire un « chuuuuuut » qui n’en finit pas. Dommage d’avoir oublié mon lance-pierre à la maison. Alain Trudel est quant à lui imperturbable et continue de fendre les airs de sa baguette enchantée.

Après l’ouverture, le rideau s’ouvre sur un majestueux décor (prêté par l’Opéra de San Francisco) et le prince Tamino, interprété par John Tessier, fait entendre sa puissante voix alors qu'un serpent géant se précipite sur lui...

Avant de débuter la répétition, Alain Trudel m’a accueilli dans sa loge, aussi décontracté que s’il recevait un ami pour prendre une bière.

Comment vous vous sentez à deux jours de la première représentation ?
Très excité ! Je suis très confiant, on a une superbe production, d’excellents chanteurs, de très bons musiciens. C’est la générale ce soir, mais le plus gros du travail est fait.

Justement, ça fait combien de temps que vous travaillez sur cet opéra ?
En fait, ça fait des années que je connais cet opéra, même si c’est la première fois que je vais le diriger. Mais, en ce qui concerne les répétitions avec Kelly Robinson [le metteur en scène] et les musiciens, ça représente trois semaines de travail à raison de 12h par jour.

C’est quoi votre méthode de travail avec Kelly Robinson?
À part une fois où j’ai travaillé seul avec les musiciens, toutes les autres répétitions se sont passées avec les tout l'orchestre, les chanteurs, Kelly et moi-même.

La Flûte enchantée est le dernier opéra de Mozart, écrit l’année de sa mort, est-ce que c’est pour vous un de ses meilleurs opéras ?
Non, c’est le meilleur de tous les opéras, tout court. C’est ce qu’on appelle un Singspiel, c'est-à-dire qu’il ya des passages chantés et des passages de comédie. C’est un opéra très riche, avec plusieurs degrés de lecture.

Hier Alain Lefèvre me parlait de ses efforts pour rendre la musique classique plus populaire http://patwhite.com/node/8893, vous trouvez qu’il y a une forme d’élitisme trop prononcée ?
Oui mais vous savez, les grands compositeurs ne faisaient pas partie de l’élite ! Personnellement j’essaye de me rapprocher de mon public. Je dirige l’orchestre symphonique de Laval et avant chaque représentation, je viens discuter 45 minutes avec les spectateurs, leur parler de mon travail, répondre à leurs questions. Je veux être avec eux, faire un avec le public.

Tout a l’air d’aller très bien professionnellement pour vous, est-ce qu’il y a quelque chose que l’on peut vous souhaiter ?
Oui, de continuer à travailler le plus longtemps possible, tout simplement. Je n'ai pas de plan de carrière.

La flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart
Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts
7, 11, 14, 16, 19 novembre 2009 à 20 h & 21 novembre 2009 à 14 h

Plus d’infos: www.operademontreal.com

Billetterie de la Place des Arts : 514-842-2112 • 1 866 842-2112
À partir de 48 $.

Texte et photo: David Nathan

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant