David Nathan Journaliste, rédacteur

7nov/09

Interview avec Éric Lavaine, réalisateur du film Incognito avec Franck Dubosc et Bénabar.

Incognito_affiche

Comédie proposée par le festival Cinemania (www.cinemaniafilmfestival.com), Incognito du réalisateur français Éric Lavaine, est un film mettant en scène Franck Dubosc, sans Stéphane Rousseau mais avec le très populaire chanteur français Bénabar.

Disons-le tout de suite, c’est très bien écrit et dialogué par le réalisateur lui-même, ancien auteur, mais également par Hector Cabello Reyes et Bénabar qui a commencé sa carrière comme scripteur sur une chaîne de télé francaise : Canal+. Les répliques font mouche et la magie opère pendant 90 minutes.

Le pitch ? Lucas (Bénabar) est devenu une superstar en s'étant approprié les chansons d'un ami qu'il croyait disparu. Soudainement, cet ami réapparait. Lucas, pour lui cacher sa fortune et sa célébrité, commet l'erreur de demander à Francis (Franck Dubosc), un comédien raté, de prendre sa place.

Quiproquos, situations improbables mais inventives, on est dans de la comédie pure et Franck Dubosc interprète un rôle qui lui va comme un gant. Il fait du Dubosc, certes, mais il le fait si bien !

À quelques heures de la première projection d’Incognito au public québécois, nous avons rencontré le réalisateur Éric Lavaine dans le hall de son hôtel montréalais.

Tu es arrivé hier, comment tu te sens ? Pas trop en décalage horaire ?
Non pas en décalage car j’ai décidé de rester à l’heure française. Je suis venu avec mon co-auteur, Hector Cabello Reyes, et on travaille comme des malades. Je me suis réveillé ce matin à 3h, j ai donc pu écrire en toute tranquilité. Et je confirme, de 3h a 7h du matin, il ne se passe rien à l’hôtel !

Content d’avoir été invité ici ?
Oui très. J’ai souvent été invité, ici et dans d’autres festivals, mais ça ne marchait jamais, incompatibilité d’emploi du temps. En plus, c’est la première fois que je viens à Montréal.

Le film a-t-il un distributeur pour le Québec ?
Non pas encore et, de façon générale, c’est un vrai problème pour les comédies françaises, elles s’exportent super mal. Pour faire un long métrage qui a la chance de s’exporter il faut soit faire des films de genre, des films d’horreur, ou sinon des films américains produits par des Français comme le fait Luc Besson. Il faut rentrer dans un univers qui soit, pour les publics étrangers, la fantasmagorie française, un peu comme les films sur Coco Chanel. Par exemple au Japon si tu as un film avec Sophie Marceau, tu le vends bien mais si tu as un film avec Sophie Marceau qui montre ses seins, tu le vends très très bien.

Pas angoissé d'être là apparemment...
Non vraiment pas. Je suis très détendu, ça va être comme une soirée DVD entre amis. J’aime ce genre de festival et je suis très content de pouvoir venir faire la promotion de la comédie française, même si ça semble prétentieux de dire ça. Je suis heureux de venir voir Incognito avec un public neuf et je suis curieux de voir si le public va rire aux mêmes endroits que les Français. Quand je pense à un film comme Crazy, je suis sûr qu’il y a plein de choses qui m’ont échappées parce que je n’ai pas les références. Ça doit être pareil avec mon film.

Franck Dubosc joue un rôle écrit pour lui, c’est plus que du sur mesure non ?
Oui Franck est parfait dans ce rôle et ce qui est amusant c’est qu’avec ce film, il s’est attiré des critiques extrêmement flatteuses de la part de journaux comme Libération, Télérama ou Les cahiers du cinéma, réputés élitistes. Ça ne lui était jamais arrivé, il en était le premier étonné. Il trimballe un grand nombre d’apriori sur lui et en souffre beaucoup.

Dubosc est connu ici, Bénabar pas du tout, alors qu’il vend des millions d’albums. Pourquoi on l’a jamais vu ici d’après toi ?
C’est simple, il n’y a pas de train Paris-Montréal ! Bénabar ne prend jamais d’avion. Il est le plus gros froussard d’Europe. Il faudrait qu’il vienne en bateau peut-être, mais je ne suis pas sûr qu’il n’ait pas peur en bateau non plus…

Tes projets c’est quoi ?
J’ai fini un film avec Kad Merad et Clovis Cornillac qui va s’appeler « Protéger et servir » et qui va sortir en février en France.

Ton programme pendant ces trois jours à Montréal ? Tu vas voir des films du festival ?
Non, en fait je les ai déjà presque tous vus en France, et j’ai très envie de découvrir Montréal, de visiter.

Incognito sera présenté à Cinémania dimanche 8 novembre au cinéma Impérial à 21h30.
Incognito d’Éric Lavaine http://www.tinyurl.com/y8oj6py
Festival Cinémania
www.cinemaniafilmfestival.com

Texte et photo: David Nathan (www.davidnathan.ca / www.twitter.com/davidnathan)

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant