David Nathan Journaliste, rédacteur

15déc/09

Beast a dévoré tout cru le Club Soda. Rencontre avec la «bête» avant le carnage.

beast

Beast a dévoré tout cru le Club Soda hier soir et les spectateurs, en proie à d'intenses morsures auditives, se sont laissés faire avec délectation.

Après une tournée qui les a conduits en Europe, plusieurs nominations (ADISQ, GAMIQ, Grammy Awards…), Betty Bonifassi et de Jean-Philippe Goncalves ont décidé de conclure l'année 2009 avec une série de trois concerts.

Accompagnés de Jonathan Dauphinais à la key-bass, d'un choeur et de l'excellent Serge Nakauchi Pelletier (du groupe instrumental Pawa Up First), le duo a donné un spectacle hallucinant face à une foule aussi conquise que sautillante. Il faut dire que les deux filles du groupe Random Recipe (www.myspace.com/randomrecipe) avaient bien réchauffé le Soda avec une première partie survoltée.

Flash back, salto arrière, le tout en moonwalk et nous voici quelques heures avant le spectacle. L'ambiance est beaucoup plus calme, seuls quelques techniciens au travail viennent perturber la quiétude du Club Soda, encore désert. Face à moi Jean-Philippe Goncalves, la moitié de la bête…

Beast6

Comment ça va, quelques heures avant votre rentrée montréalaise ?
Plus détendu que d'habitude ! On connait les lieux, c'est notre quatrième Club Soda et c'est complet, donc on est très content et assez confiant pour ce soir. Il faut dire qu'entre temps, on s'est fait les dents (les crocs ?).

Il s'est passé pas mal de choses pour vous récemment.
Oui, on a fait une tournée en Europe, notamment en l'Allemagne, en France aussi, à Rennes, à Paris et on finit l'année au Québec, dimanche à l'Impérial. D'ailleurs, il reste quelques laces ! Sacrée belle fin d'année, sans compter la nomination aux Grammy Awards…honnêtement, c'est dur de chialer !

beast5

En janvier prochain Le vidéoclip «Mr. Hurricane» sera en compétition aux Grammy Awards avec ceux des groupes Black Eyed Peas, Coldplay et Depeche Mode ça vous inspire quoi ?
Ça donne l'heure juste sur l'ampleur de la chose, ce n'est pas rien, mais en même temps ça ressemble un peu à David contre Goliath. On est complètement inconnus comparé à eux. Leurs budgets pour faire des clips sont impressionnants, nous on a eu 25 000$, c'est un travail de cœur avant tout. On croise les doigts.

Est-ce que le succès que vous avez-vous surprend, ou bien finalement, tout se passe comme vous l'aviez souhaité ?
Le succès c'est un grand mot. Ça va très bien oui, on développe des nouveaux territoires petit à petit mais je dirai plutôt reconnaissance. Pour moi dans le mot succès il y a un côté glamour et ça ne nous correspond pas, du moins pour le moment.

Devenir un groupe grand public ça vous fait peur ? Vendre des millions d'albums à travers la planète…
Tout est relatif et il faut s'entendre sur «vendre des millions d'albums». Si ça sous-entend faire des compromis, alors la réponse est non, ça ne nous intéresse pas. Mais si ça veut dire rester soi-même et intègre, oui, il n'y a personne qui refuserait de vendre des millions d'albums. Qui cracherait là-dessus sérieusement ?

Vous venez de faire le festival des Transmusicales de Rennes, en France. Deux Français qui retournent dans leur pays mais en tant que groupe canadien. Vous rêvez d'une reconnaissance hexagonale ou ça serait du patriotisme mal placé ?
Ça serait une petite victoire quand même oui. C'est au Québec que je me suis personnellement épanoui musicalement, donc oui je serai très fier de retourner en France et de pouvoir dire, «regardez, je l'ai fait, on l'a fait !»

beast3

Est-ce que ce soir vous allez jouer avec le sentiment d'être chez vous ?
Ça fait treize ans qu'on vit au Québec, donc oui, on se sent chez nous. Ou, retour à la maison !

En quoi le Québec est-il différent artistiquement parlant ?
C'est beaucoup plus libre ici, moins castrateur qu'en France. Il y a aussi moins de sécurité, donc tu dois te débrouiller, ce qui force les artistes à être plus versatiles. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai collaboré à plusieurs projets, pour pouvoir vivre de ce métier [Pierre Lapointe, Ariane Moffatt, Daniel Bélanger…].

Et tu penses faire d'autres collaborations ou tu vas te concentrer exclusivement sur le projet Beast ?
Je pense que je vais travailler avec d'autres artistes et aussi que Beast va s'ouvrir à d'autres collaborateurs.

En 2010 il va se passer quoi ?
On commence à travailler sur une musique d'un film québécois dès le mois de janvier. Je suis vraiment content, c'est ce que j'ai toujours voulu faire. En fait, Beast a commencé comme ça. Je faisais de la musique instrumentale pour des vidéos et Betty est venue poser une voix, et on s'est dit tiens, on pourrait peut-être faire quelque chose ensemble…

Et un futur album ?
On y pense, on a commencé à élaboré des concepts pour un deuxième album mais c'est encore trop tôt, l'album vient juste de sortir en Allemagne, il va sortir en France début 2010, on prend notre temps.

www.beastsound.net

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant