David Nathan Journaliste, rédacteur

3nov/09

« Un conte de Noël » ou comment numériser Jim Carrey avant les fêtes.

carol.preview

Préparez vos lunettes 3-D, Robert Zemeckis nous a fait le coup des images qui sortent de l’écran. Après « Le Pôle Express » en 2004 et « La légende de Beowulf » il y a deux ans, le réalisateur de « Retour vers le futur » s’attaque cette fois au classique de Charles Dickens, « Un Conte de Noël ».

24h avant la première mondiale qui aura lieu à Londres, me voici assis confortablement dans un siège de l’immense salle IMax du Cinéma Scotia de la rue Sainte-Catherine, à Montréal. Pour nous mettre dans l’ambiance 3-D, on nous sert en apéritif la bande-annonce du prochain film de Tim Burton : « Alice au pays des Merveilles ». En quelques secondes, ça donne envie de se projeter en mars 2010 et de voir ce film qui à l’air on ne peut plus burtonnien. Question du jour: qui sera présent au générique ? Attention, c’est difficile…c’est un acteur très laid selon la catégorie des garçons jaloux à laquelle je souscris volontiers…il n’a joué que 8 453 fois dans les films de Tim Burton…c’est…c’est…Johnny Depp. Mais je m'égare.

Sur l’écran immense devant nous, il y a Jim Carrey. L’acteur tient le rôle principal de cette production Disney, ou plutôt, il tient à peu près tous les rôles principaux. Celui d’Ebenezer Scrooge bien-sûr, un vieux monsieur aigri et boursoufflé d’avarice qui maltraite son employé, déteste tout ce qui sourit ou chante et qui va recevoir la visite de trois fantômes incarnés par...Jim Carrey ! La boucle est bouclée ! Comme dans le film Titanic, on connaît la fin de cette histoire vieille de plus de 150 ans. Mais, peu importe l'histoire, c’est ici le traitement qui en est fait qui compte. Et c’est une réussite.

Est-ce la crise financière qui a poussé la production à employer Jim au maximum (six rôles) ? Je ne sais pas, toujours est-il que le comédien est bougrement bon dans ses différents rôles et méconnaissable dans chacune de ses interprétations. Il faut dire aussi que la technique aide grandement à cette sextuple performance.

« Un Conte de Noël » a en effet été tourné en utilisant la technique du Performance Capture ou Capture de Mouvements. Ce procédé cinématographique numérique, dont la compréhension vous permettra certainement de briller lors de votre prochain 5 à 7, permet de littéralement capturer la performance du comédien, ses déplacements, ses mouvements, ses expression faciales et de transformer le tout en un personnage virtuel. Les acteurs jouent donc devant un écran vert et c’est en postproduction que les personnages prennent vie. L’avantage ? Les limites pour le réalisateur sont infinies, technologie numérique oblige ! Et sur l’écran, le résultat est bluffant ! Le jeu des comédiens est parfaitement restitué et le rendu image est saisissant. Également au générique, Gary Oldman, Colin Firth et Robin Wrigth Penn, moins présents que Jim mais tout aussi numérisés que lui.

Robert Zemeckis se fait plaisir à la réalisation; ça va vite, sans être étourdissant et on ne voit pas le temps passer. Le papa de Forrest Gump a su garder l’esprit du conte de Dickens en lui insufflant une bonne dose de folie et d’effets spéciaux.

Verdict : très bon divertissement pour la famille, un peu comme Tintin, de 7 à 77 ans mais sans le Capitaine Haddock. Une très bonne mise à jour de ce conte on ne peut plus populaire qui date quand même de 1843 et qui a déjà été adapté deux fois par les studios Disney.

Petite mise en garde pour finir. Si vous regardez ce film, comme je l’ai fait, c'est-à-dire le ventre vite et dans une salle où l’odeur du pop-corn est si forte qu’elle rentre jusque dans les fibres de vos vêtements…il y a danger ! L’équation est simple : mouvements de caméra hyper rapides + lunettes 3D sur le nez + odeur de Pop-corn = une bonne envie de faire de la vraie 3-D sur les spectateurs de devant.

Joyeux Noël !

« Un conte de Noël », de Robert Zemeckis
Production : Walt Disney Pictures / Imagemovers Digital
En salle le 6 novembre 2009
www.disney.go.com/disneypictures/achristmascarol

Texte: David Nathan

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant